CGSP-AMiO

CGSP - AMiO  -  Place Fontainas, 9/11  - 1000 Bruxelles  phone  02/508.59.61 - 58.65  fax 02/508.59.34

La CGSP dénonce le licenciement de fonctionnaires en Grèce appauvrissant la société civile

Texte :

La Grèce licencie 20.000 fonctionnaires.
Moins de services publics ne signifie pas moins de crise.

La CGSP apprend que la Grèce s'apprête à licencier 20.000 fonctionnaires - (soit quelque 10% de l'effectif total) - dans le cadre de l'assainissement des finances publiques. La CGSP qualifie cette décision d'irresponsable.

Les dernières crises ont montré qu'une société qui peut compter sur des pouvoirs publics articulés autour de services publics forts, est davantage en capacité de résister aux ondes de chocs qui la secouent. Les services publics renforcent le tissu social, assurent aux citoyens des services essentiels et contribuent de manière tangible au développement d'un climat social favorable par une saine redistribution des richesses.

La CGSP est d'avis que le démantèlement des services publics n'est pas la bonne recette pour lutter contre une crise économique et financière. Licencier des fonctionnaires, c'est, assurément l'opération "perdant/perdant" par excellence. En effet, les économies effectuées sur les frais de fonctionnement et de rémunération devront bien être compensées par des dépenses sociales plus élevées. Cela accentuera encore un peu plus la pression sur la sécurité sociale. De plus, l'opération se soldera par un recul de la qualité du service rendu. La masse globale de pouvoir d'achat est diminuée et la relance économique fortement freinée.

La CGSP n'adhère absolument pas à cette stratégie européenne suivie par de nombreux états membres qui consiste à éponger les dettes publiques consiste à éponger les dettes publiques créées par l'irresponsabilité de banques jouant les finances casino en détricotant le secteur public. Lorsque l'option est de miser sur des services publics performants rendus par du personnel bien formé, on leur reproche de fausser la concurrence avec le secteur privé. En revanche, si le secteur public se départit de la "war on talent", on lui reproche un manque de dynamisme et un service rendu de qualité insuffisante.

Pour la CGSP, le choix est évident : des services publics forts, bien développés pouvant s'appuyer sur du personnel bien formé offrent la garantie d'une société bien armée pour faire face à la cécité des lois du marché.

Alain LAMBERT, Vice-président et Karel STESSENS, Président.

Vous êtes ici : Accueil Publications Catégorie Actualités La CGSP dénonce le licenciement de fonctionnaires en Grèce appauvrissant la société civile