CGSP-AMiO

CGSP - AMiO  -  Place Fontainas, 9/11  - 1000 Bruxelles  phone  02/508.59.61 - 58.65  fax 02/508.59.34

Communiqué de presse - Loi pénitentiaire - un service minimum garanti - Avant et après quoi ?

 

Funeste journée que ce jeudi 14 mars 2019, jour où le parlement a voté la loi pénitentiaire, qui contient des dispositions instaurant un service minimum.

Tous les membres du gouvernement actuel ont voté en faveur de cette loi, rejoints par la NVA, ce qui n’est pas une surprise, mais aussi par Ecolo-Groen et le CDH !

Cela ne figure-t-il pas d’une future coalition (MR, CDH, Ecolo, VLD, CDNV, Groen …et NVA), cela promet !

Pour justifier de sa position en faveur de cette loi, Ecolo-Groen avance l’argument suivant : « Nous respectons le droit de grève, mais nous respectons aussi les droits des détenus lors d’une grève ».

 

C’est un argument respectable … dans la mesure où on ne se contente pas de défendre les droits des détenus uniquement en période de grève. Qu’en est-il alors lorsqu’il n’y a pas de grève ? Doit-on considérer que les droits des détenus ont une moindre valeur en dehors des périodes de grève ? Quels sont leurs droits quand on connaît l’état de vétusté de nos prisons, et plus particulièrement l’état de leur cellule, le niveau de nos cadres de surveillance, mais aussi ceux des assistants sociaux, des psychologues, des infirmiers, … qui sont loin d’être complets. Compte tenu de ces défaillances, le bien-être des détenus, mis en avant pour justifier cette loi, n’est pas suffisamment garanti, même en dehors d’une période de grève !

Les explications du Ministre sur le comblement des cadres restent très théoriques… Ces cadres ont déjà été diminués de manière drastique (rationalisation), et le pourcentage de comblement de ces cadres ne tient pas compte des absences des membres du personnel (le travail au sein des établissements pénitentiaires est un milieu « à risques »), …

Et pour résoudre ce manque de personnel… le Ministre propose d’engager des travailleurs dans le cadre de conventions de premier emploi.

Le manque de personnel pèse lourdement non seulement sur les membres du personnel (impossibilité de prendre des congés par exemple) mais aussi sur les détenus (les soins de santé de même que l’accompagnement psycho-social).

Nous ne pouvons accepter ce texte alors même que l’Autorité n’a pas respecté les protocoles 436 et 464.

La surpopulation n’a pas été réglée, la charge de travail au lieu de diminuer n’a fait qu’augmenter (suite à la rationalisation) et la vétusté des établissements pénitentiaires ne cesse de s’aggraver.

Les cadres, tous les cadres, n’ont pas été comblés alors même qu’ils sont insuffisants.

Bref le gouvernement de droite avec la complicité d’Ecolo-Groen préfère ignorer les appels du personnel pénitentiaire qui réclame des conditions de travail normales et des conditions de détention humaines tout le temps et pas seulement en temps de grève.

Le personnel demande des moyens humains et matériels qui permettraient d’atteindre l’objectif pour en finir une fois pour toute avec la surpopulation et qui permettrait aussi de réduire le taux de récidive.

Alors Mesdames et Messieurs, lors des négociations en vue de constituer le futur gouvernement, il faudra espérer qu’une attention toute particulière sera accordée à la justice et aux établissements pénitentiaires en particulier, au lieu de se focaliser uniquement sur le service minimum.

On ne peut que remercier le SPA, le PS et le PTB qui n’ont pas voté en faveur de ce service minimum. Ces partis démocratiques de gauche ont bien compris qu’opposer le droit de grève aux droits minimaux des détenus n’avait aucun sens et que le personnel pénitentiaire ne faisait grève depuis plusieurs décennies que pour améliorer les conditions de travail et de détention.

 

 

Vous êtes ici : Accueil Etat fédéral Justice Communiqué de presse - Loi pénitentiaire - un service minimum garanti - Avant et après quoi ?

REMARQUE ! En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, nous considérons que vous marquez votre accord. En savoir plus

J'ai compris

Respect de la vie privée 

POLITIQUE DE CONFIDENTIALITE À L'ÉGARD DE VOS DONNÉES A CARACTÈRE PERSONNEL

Cette page à pour objectif d'expliquer notre politique à l'égard des données à caractère personnel que vous seriez susceptible de nous laisser lors de votre visite sur notre site. Nous avons à cœur la protection de votre vie privée ainsi que la confidentialité des informations que vous nous faites parvenir. La CGSP-Défense ne divulguera jamais les informations de ses affilés à des tierces parties.

Conformément à la Loi du 8 décembre 1992 relative à la protection de la vie privée à l'égard des traitements de données à caractère personnel, modifiée par la loi du 11 décembre 1998 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement de données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données, les données que vous nous adressez sont destinées à assurer le suivi de votre question ou de votre dossier au sein de notre organisation syndicale.

Recueil des informations

Lorsque vous utilisez notre site web pour vous renseigner, pour télécharger des documents, pour demander un conseil ou pour vous affilier, nous pouvons vous demander de fournir des informations spécifiques par le biais d'un formulaire. Ces données à caractère personnel sont nécessaires pour le traitement de votre dossier. En choisissant de nous soumettre ces informations, vous consentez à leur utilisation par notre Secrétariat dans le but de vous offrir le meilleur service.

Utilisons des informations

Les informations recueillies ne seront utilisées que pour un usage interne, et ne seront jamais communiquées à des tierces parties sans votre autorisation préalable.

Droit d'accès et de rectification

Moyennant une demande écrite adressée à la CGSP-Défense 9/11, Place Fontainas à 1000 Bruxelles, toute personne qui justifie de son identité peut obtenir gratuitement la communication écrite des données à caractère personnel la concernant ainsi que, le cas échéant, la rectification de celles qui seraient inexactes, incomplètes ou non pertinentes.