CGSP-AMiO

CGSP - AMiO  -  Place Fontainas, 9/11  - 1000 Bruxelles  phone  02/508.59.61 - 58.65  fax 02/508.59.34

Communiqué à la presse - Maisons de Justice - De qui se moque-t-on ?

Texte :

 

La ministre veut réduire les cadres dans les Maisons de Justice et dans les Services psychosociaux des Etablissements pénitentiaires alors que dans la plupart des Maisons de Justice du royaume des arriérés restent en souffrance, nous parlons de dossiers non encore traités et derrière ceux-ci des drames humains.

5300 dossiers sont actuellement encore à traiter dans les Maisons de Justice pour l’ensemble du Pays.

A titre d’exemple pour la Maison de Justice de Bruxelles :

  • alternative à la détention préventive :   145 dossiers
  • peine de travail autonome :                    450
  • libération conditionnelle :                        5
  • surveillance électronique :                     136
  • probation :                                                  44
  • médiation pénale :                                   74
  • enquête surveillance électronique :      186
  • enquête libération conditionnelle :        62

Concrètement, cela veut dire que de nombreuses personnes condamnées se trouvent en liberté et en attente de la mesure pénale qui les frappe. En d’autre terme, un justiciable qui doit être pris en charge en surveillance électronique par exemple se trouve en liberté, sans surveillance ni guidance.

Les organisations syndicales rencontrent la ministre de la justice ce jeudi 28 juin 2012 à 9h30. Lors de cette rencontre, nous expliquerons qu’il reste plus de 5000 dossiers non traités, la diminution annoncée du personnel ne va pas améliorer la situation.

Vous êtes ici : Accueil Etat fédéral Justice Communiqué à la presse - Maisons de Justice - De qui se moque-t-on ?