CGSP-AMiO

CGSP - AMiO  -  Place Fontainas, 9/11  - 1000 Bruxelles  phone  02/508.59.61 - 58.65  fax 02/508.59.34

Communiqué à la presse - Maisons de Justice - De qui se moque-t-on ?

 

La ministre veut réduire les cadres dans les Maisons de Justice et dans les Services psychosociaux des Etablissements pénitentiaires alors que dans la plupart des Maisons de Justice du royaume des arriérés restent en souffrance, nous parlons de dossiers non encore traités et derrière ceux-ci des drames humains.

5300 dossiers sont actuellement encore à traiter dans les Maisons de Justice pour l’ensemble du Pays.

A titre d’exemple pour la Maison de Justice de Bruxelles :

  • alternative à la détention préventive :   145 dossiers
  • peine de travail autonome :                    450
  • libération conditionnelle :                        5
  • surveillance électronique :                     136
  • probation :                                                  44
  • médiation pénale :                                   74
  • enquête surveillance électronique :      186
  • enquête libération conditionnelle :        62

Concrètement, cela veut dire que de nombreuses personnes condamnées se trouvent en liberté et en attente de la mesure pénale qui les frappe. En d’autre terme, un justiciable qui doit être pris en charge en surveillance électronique par exemple se trouve en liberté, sans surveillance ni guidance.

Les organisations syndicales rencontrent la ministre de la justice ce jeudi 28 juin 2012 à 9h30. Lors de cette rencontre, nous expliquerons qu’il reste plus de 5000 dossiers non traités, la diminution annoncée du personnel ne va pas améliorer la situation.

Vous êtes ici : Accueil Etat fédéral Justice Communiqué à la presse - Maisons de Justice - De qui se moque-t-on ?

REMARQUE ! En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, nous considérons que vous marquez votre accord. En savoir plus

J'ai compris

Respect de la vie privée 

POLITIQUE DE CONFIDENTIALITE À L'ÉGARD DE VOS DONNÉES A CARACTÈRE PERSONNEL

Cette page à pour objectif d'expliquer notre politique à l'égard des données à caractère personnel que vous seriez susceptible de nous laisser lors de votre visite sur notre site. Nous avons à cœur la protection de votre vie privée ainsi que la confidentialité des informations que vous nous faites parvenir. La CGSP-Défense ne divulguera jamais les informations de ses affilés à des tierces parties.

Conformément à la Loi du 8 décembre 1992 relative à la protection de la vie privée à l'égard des traitements de données à caractère personnel, modifiée par la loi du 11 décembre 1998 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement de données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données, les données que vous nous adressez sont destinées à assurer le suivi de votre question ou de votre dossier au sein de notre organisation syndicale.

Recueil des informations

Lorsque vous utilisez notre site web pour vous renseigner, pour télécharger des documents, pour demander un conseil ou pour vous affilier, nous pouvons vous demander de fournir des informations spécifiques par le biais d'un formulaire. Ces données à caractère personnel sont nécessaires pour le traitement de votre dossier. En choisissant de nous soumettre ces informations, vous consentez à leur utilisation par notre Secrétariat dans le but de vous offrir le meilleur service.

Utilisons des informations

Les informations recueillies ne seront utilisées que pour un usage interne, et ne seront jamais communiquées à des tierces parties sans votre autorisation préalable.

Droit d'accès et de rectification

Moyennant une demande écrite adressée à la CGSP-Défense 9/11, Place Fontainas à 1000 Bruxelles, toute personne qui justifie de son identité peut obtenir gratuitement la communication écrite des données à caractère personnel la concernant ainsi que, le cas échéant, la rectification de celles qui seraient inexactes, incomplètes ou non pertinentes.