CGSP-AMiO

CGSP - AMiO  -  Place Fontainas, 9/11  - 1000 Bruxelles  phone  02/508.59.61 - 58.65  fax 02/508.59.34

Nombreux problèmes pour les appels vers les centres d'urgence

Texte :

Ci-dessous nous reprenons le tract rédigé afin d'attirer l'attention sur les problèmes rencontrés par les centres d'urgence (100/112) qui restent toujours d'actualité et qui sera affiché le plus largement possible. 

 "Les problèmes dans les centres d’urgence sont encore d’actualité. Il est vrai qu’on recrute en masse et que les formations sont raccourcies, mais la charge de travail continue de s’alourdir. Pourquoi la situation ne s’améliore-t-elle pas ?

En théorie, les centrales de secours 100/112 traitent – en principe - les appels pour les urgences médicales et les services d’incendie. Les appels destinés à la police arrivent dans les centres 101. Dans la pratique, de nombreux citoyens ne savent pas quel numéro choisir pour quelle assistance. Nous avions déjà mentionné ce problème dans la Tribune de juillet 2013. De plus, il est étonnant de voir que même les services d’urgence ne savent pas à quel moment les numéros d’urgence sont opérationnels. C’est ainsi, par exemple, que des docteurs demandent que leur communication soit transférée ou que des équipes d’intervention essaient d’atteindre leur dispatching en composant le 101.

Qui dit nouveaux numéros d’appel dit une augmentation d’appels non-urgents

Il existe depuis peu, en dehors des trois numéros cités, d’autres possibilités d’appel : via SMS et via le numéro 1733. Actuellement, les personnes sourdes, malentendantes et les personnes présentant des troubles de la parole peuvent contacter les centres d’urgence en envoyant un fax. À partir d’avril 2014, les utilisateurs enregistrés pourront également entrer en communication avec les centres par SMS. À première vue, il ne semble y avoir aucun problème, mais le personnel des centres d’urgence et les syndicats se font du souci quant aux appels via SMS des utilisateurs non-enregistrés. Leurs appels seront également traités, cependant pas en priorité. Cela ouvre la porte aux appels non-urgents.

Le nouveau numéro abrégé 1733 doit être utilisé lorsque l’on nécessite une aide médicale le soir, la nuit et les week-ends. Un opérateur spécifique qualifié traite ces appels au centre 110/112. Bizarrement, le numéro 1733 n’est pas encore opérationnel et est seulement à l’essai à Brugge, dans le Hainaut et au Luxembourg. Quant au reste des zones, une voix enregistrée demande de contacter le centre 112. Encore une fois, la porte reste grande ouverte aux appels non-urgents.

Il y a encore du pain sur la planche

La CGSP ne peut que constater que l’autorité met la charrue avant les boeufs. Étant donné le mauvais fonctionnement de la technologie ASTRID, de nombreux centres ne sont pas encore prêts à réceptionner les appels via SMS. De plus, la modernisation des centres a récemment été suspendue. Cela va encore plus loin puisque les opérateurs qui doivent traiter les appels via 1733 ne sont pas encore recrutés et formés. Ne serait-il pas plus judicieux d’écouter davantage les personnes sur le terrain et d’agir de manière délibérée ?"

 

 

 

 

 

 

 

Vous êtes ici : Accueil Etat fédéral Intérieur Nombreux problèmes pour les appels vers les centres d'urgence

Protégé par  crawlprotect