CGSP-AMiO

CGSP - AMiO  -  Place Fontainas, 9/11  - 1000 Bruxelles  phone  02/508.59.61 - 58.65  fax 02/508.59.34

Communiqué de presse - Services FLT

 

          En juin dernier, les services de paie des enseignants sont partis en grève pour dix jours, dans la plupart des centres régionaux de la Communauté française (Fédération Wallonie-Bruxelles).

         Cette grève, relayée par les médias, visait à améliorer les conditions de travail des agents en charge de ces paiements. En effet, plus de 140.000 membres du personnel enseignant, administratif et ouvrier des écoles, sont actuellement payés sur base d’un programme datant des années ’70, incapable d’assurer la transmission de données vers d’autres organismes (dont le service des pensions) et de plus en plus fragile compte tenu tant de sa vétusté que des ajouts nécessités par les réformes successives. Parallèlement, les mesures d’économie aveugles imposées depuis plusieurs années (remplacement d’1 agent pour 5 départs) ont augmenté spectaculairement la charge de travail du personnel chargé de ces tâches.

         Suite à la grève, les services ont obtenu des ressources supplémentaires, inférieures cependant aux besoins exprimés par la CGSP. Une bonne partie des engagements en 2016 sont temporaires, et limités à des tâches extérieures à la paie des enseignants (l’encodage vers les programmes de pension).

         Une demande forte des grévistes était d’obtenir des simplifications de procédures. La CGSP attend toujours les directives concrètes en ce sens, promises par le Gouvernement et à charge de l’administration. À ce jour, la seule simplification envisagée… est celle de retarder de plusieurs années l’implémentation d’un nouveau programme de paie plus performant !

         Cette difficulté à obtenir les moyens suffisants pour assurer l’encadrement de l’enseignement montre combien le secteur public souffre des pressions budgétaires au niveau belge et européen, y compris en Communauté française de Belgique. Elle est ressentie dans les services comme le signe d’un double mépris. Un mépris des agents en charge de cette tâche difficile. Mais aussi un mépris de la sécurité matérielle des dizaines de milliers d’enseignants qui sont actuellement confrontés à des difficultés criantes.

         Ainsi, l’organisation des services n’a pas été adaptée dans les temps pour digérer la réforme des fonctions et des barèmes[1] dans l’enseignement, entrée en vigueur au 1er septembre. Aucune aide n’est parvenue en temps utile pour que l’administration puisse adapter, dans des conditions minimales de sérieux, la situation de tous les enseignants impactés par cette réforme. À ce jour, il est difficile de prévoir combien d’enseignants seront payés dans les temps et correctement fin septembre, au vu des problèmes générés par cette réforme d’envergure bouclée à la hâte, sans moyens supplémentaires et sans assistance informatique digne de ce nom.

         Devant les risques réels et graves que représentent ces changements pour la paie des enseignants, la CGSP a décidé de suspendre son préavis de grève. Depuis longtemps, le personnel chargé de cette paie se sacrifie pour permettre aux enseignants et leurs familles de vivre, mais il déplore que les autorités de la Communauté française tablent sur son empathie pour le maintenir dans des conditions de travail et de stress déplorables. Les 140.000 enseignants (et leur famille) qui dépendent de lui chaque mois ne méritent pas une telle nonchalance.

         Les seuls moyens qui permettraient aujourd’hui d’assurer les droits élémentaires des enseignants sont un investissement rapide dans un programme de paie moderne et sûr, un renforcement accru des services de traitement des enseignants et une simplification effective des procédures administratives.

______________________________

1 RTF: réforme des titres et fonctions

ð 

Vous êtes ici : Accueil Communautés Communauté française Ministère de la Communauté française Communiqué de presse - Services FLT

REMARQUE ! En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, nous considérons que vous marquez votre accord. En savoir plus

J'ai compris

Respect de la vie privée 

POLITIQUE DE CONFIDENTIALITE À L'ÉGARD DE VOS DONNÉES A CARACTÈRE PERSONNEL

Cette page à pour objectif d'expliquer notre politique à l'égard des données à caractère personnel que vous seriez susceptible de nous laisser lors de votre visite sur notre site. Nous avons à cœur la protection de votre vie privée ainsi que la confidentialité des informations que vous nous faites parvenir. La CGSP-Défense ne divulguera jamais les informations de ses affilés à des tierces parties.

Conformément à la Loi du 8 décembre 1992 relative à la protection de la vie privée à l'égard des traitements de données à caractère personnel, modifiée par la loi du 11 décembre 1998 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement de données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données, les données que vous nous adressez sont destinées à assurer le suivi de votre question ou de votre dossier au sein de notre organisation syndicale.

Recueil des informations

Lorsque vous utilisez notre site web pour vous renseigner, pour télécharger des documents, pour demander un conseil ou pour vous affilier, nous pouvons vous demander de fournir des informations spécifiques par le biais d'un formulaire. Ces données à caractère personnel sont nécessaires pour le traitement de votre dossier. En choisissant de nous soumettre ces informations, vous consentez à leur utilisation par notre Secrétariat dans le but de vous offrir le meilleur service.

Utilisons des informations

Les informations recueillies ne seront utilisées que pour un usage interne, et ne seront jamais communiquées à des tierces parties sans votre autorisation préalable.

Droit d'accès et de rectification

Moyennant une demande écrite adressée à la CGSP-Défense 9/11, Place Fontainas à 1000 Bruxelles, toute personne qui justifie de son identité peut obtenir gratuitement la communication écrite des données à caractère personnel la concernant ainsi que, le cas échéant, la rectification de celles qui seraient inexactes, incomplètes ou non pertinentes.